vendredi 13 mai 2011

courageux...

Relevé dans le courrier des lecteurs : « Quitte à vous sembler quelque peu interventionniste (la création littéraire n’est-elle pas un exercice solitaire ?), j’aimerais attirer votre attention sur le fait que, la dernière fois que nous autres lecteurs avons eu la chance de rencontrer sous votre plume (ô délicieux anachronisme !) le personnage de Charles, qui, autant vous l’avouer tout de suite, m’est particulièrement cher, et ce pour des raisons qu’il serait futile de développer ici, mais qui relèvent de ce que nous appelions du temps de mes années de lycée, malheureusement bien lointaines désormais, phénomène d’identification, et que préférerais pour ma part qualifier d’expérience partagée, ou, de façon plus abstraite mais sans doute plus parlante, de point de jonction entre la fiction et le vécu référentiel du lecteur, le personnage de Charles, donc, était tombé dans les bras de Morphée au bas de l’escalier de sa demeure, et ce après avoir, sous le coup d’une découverte ô combien douloureuse, ingurgité moult verres de calvados, situation de déchéance tant morale que physique qui, autant vous l’avouer tout de suite, m’a plongé dans l’expectative en même temps que je me voyais soudain tourneboulé par un élan de sympathie irrépressible envers votre personnage, sentiments qui tout de go m’amènent à vous poser la question suivante : quand retrouverons-nous Charles ? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget

Blogger Touch

Mobile Edition
By Blogger Touch